Isabelle DUBOIS-BRINKMANN

Fonction Pensionnaire

Structure Département des Etudes et de la Recherche (DER)

Isabelle Dubois-Brinkmann est conservatrice en chef du patrimoine et pensionnaire à l’INHA depuis novembre 2019 dans le domaine Histoire des collections, histoire des institutions artistiques et culturelles, économie de l'art.

Après des études d’histoire de l’art à l’École du Louvre et d’allemand à l’Université Paris III, ainsi qu’un doctorat à l’Université Marc Bloch de Strasbourg portant sur La fortune critique des Primitifs allemands en France (1800-1914), Isabelle Dubois-Brinkmann entre à l’Institut national du Patrimoine en 2002. De 2004 à 2019, elle est conservatrice au musée des Beaux-Arts de Lyon, puis aux musées de l’Impression sur étoffes, du Papier peint et des Beaux-Arts de Mulhouse. Ces différents postes lui apportent de nouveaux centres d’intérêts dans les domaines des arts décoratifs (tissu imprimé, mode, décoration, productions artisanales et industrielles), de la peinture académique française des années 1860-1930 et de l’art contemporain.

Elle a publié sur de nombreux sujets correspondant à ces différentes fonctions (Nicolas Poussin, le textile sous le Second Empire, le paysage en France entre 1830 et 1940, le Maître du retable Lösel…). La peinture allemande du Moyen Âge et de la Renaissance constitue son principal champ d’études.

A l’INHA, elle est en charge du suivi et de la coordination de plusieurs bases publiées (ou qui vont l’être à terme) dans la base Agorha, qui recensent et documentent des œuvres des collections publiques françaises (https://www.inha.fr/fr/recherche/le-departement-des-etudes-et-de-la-recherche/domaines-de-recherche/histoire-des-collections-histoire-des-institutions-artistiques-et-culturelles-economie-de-l-art.html)

-          le Recensement de la peinture française du XVIe siècle, sous la direction de Cécile Scaillierez

-          le Répertoire des sculptures allemandes en bois entre 1450 et 1530, sous la direction de Sophie Guillot de Suduiraut

Isabelle Dubois-Brinkmann est plus particulièrement responsable

- du Répertoire des tableaux italiens (RETIF)

- du Répertoire des peintures allemandes dans les collections publiques françaises (jusqu’en 1550)

  • Hans Holbein le Jeune, Paris, Cohen et Cohen, à paraître.
  • Musée des Beaux-Arts de Mulhouse. Œuvres choisies, Bernardswiller 2019.
  • Paysages 1830-1940 / Futaies, alpages et rivages dans les collections du Musée des Beaux-Arts de Mulhouse, cat. exp., Mulhouse 2019.
  • « Jean-Gaspard Heilmann, un peintre mulhousien au siècle des Lumières », Annuaire historique de Mulhouse, 2018, t. 29, p. 49-66.
  • Cinq notices sur des Primitifs allemands dans De couleurs et d’or. Peintures, sculptures et objets d’art du Moyen Âge et de la Renaissance du musée Anne-de-Beaujeu, Moulins 2017.
  • « Le maître du retable Lösel, un peintre du XVe siècle entre la Haute Alsace et la Suisse », La Revue des musées de France, Revue du Louvre, 2016, t. 5, p. 35-47.
  •  « La restauration de la sculpture 'Saint Georges et le dragon' du musée des Beaux-Arts de Mulhouse », Annuaire historique de Mulhouse, 2016, t. 27, p. 172-175.
  • Sept notices dans le Catalogue raisonné des peintures françaises du XVe au XVIIIe siècle du musée des Beaux-Arts de Lyon, Paris 2014.
  • « Thèmes et motifs des textiles » et « L'industrie du textile imprimé », Folie textile, mode et décoration sous le Second Empire, cat. exp., Musée de l'Impression sur Étoffes de Mulhouse et Palais de Compiègne, Paris 2013.
  • Il était une fois… L'enfant et le tissu imprimé de 1750 à nos jours, cat. exp., Musée de l'Impression sur Étoffes de Mulhouse, Bernardswiller 2011.
  • « Surge et fuge in Aegyptum : l’iconographie de La Fuite en Égypte », et « La Fuite en Égypte de Poussin : sources et interprétations », Nicolas Poussin, La Fuite en Égypte, 1657, cat. exp., Musée des Beaux-Arts de Lyon, Paris 2009.
  • I. Dubois et F.-R. Martin, « Frankreich und die altdeutsche Malerei », Deutsche Kunst – Französische Perspektiven, Quellen und Kommentare zur Kunstkritik, Berlin, Akademie Verlag / Paris, Centre allemand d’histoire de l’art, 2007, p. 153-206.
  • I. Dubois et M. Szanto, « Le cabinet d’un ‘peintre parfait’. A propos des ‘belles choses’ de Jacques Stella », Jacques Stella (1596-1657), cat. exp., Musée des Beaux-Arts de Lyon, Paris 2006.
  • « ‘Hélas que de douceur en cette âme !’ Réflexions sur l’iconographie religieuse de Jacques Stella », Gryphe, décembre 2006, n° 15, p. 17-24.
  • « Louis Réau, médiateur malgré lui ? ‘Les Primitifs allemands’ (1910)», Distanz und Aneignung, A. Kostka, F. Lucbert (dir.), actes de colloque duCentre allemand d’histoire de l’art, Berlin 2004, p. 161-176.
  • « La réception française des théories de Sulpiz Boisserée sur les Primitifs allemands », De Grünewald à Menzel. L’image de l’art allemand en France au XIXe siècle, U. Fleckner, T. Gaehtgens (dir.), Paris 2003, p. 17-37.