Objets de cinéma. De Marienbad à FantômasPar Joséphine JIBOKJI

Le cinéma français des années 1960 est peuplé d’objets spectaculaires ou anodins fabriqués dans le seul dessein d’être filmés. La statue de L’Année dernière à Marienbad, le mobile en tôle des Aventuriers ou la DS volante de Fantomâs sont autant de simulacres nécessaires à la conduite de la narration. Que nous disent-ils du cinéma, de ses spécificités et de ses relations avec les arts plastiques ? Ils participent au fonctionnement du récit mais ils intègrent aussi, dans l’espace du film, les débats issus de la théorie et de l’histoire de l’art. En nous faisant découvrir cette époque d’exubérance formelle et de révolutions artistiques, l’auteur démontre que ces objets de cinéma, simples accessoires, racontent pourtant l’essentiel du cinéma de fiction.

À propos de l'auteur

Joséphine Jibokji est maître de conférences en études cinématographiques à l’université de Lille. Ses recherches portent sur les interactions entre l’histoire de l’art et le cinéma de fiction. Elle a publié des textes sur Alain Resnais, Jacques Tati, Jacques Demy et Yves Klein et a codirigé l’ouvrage Muséoscopies : fictions du musée au cinéma (Paris, Presses universitaires de Paris-Ouest, 2018).

Avant-propos de Joël Daire, directeur délégué du patrimoine de la Cinémathèque française.

L'ouvrage sera disponible dès le 14 mai, à la librairie du Jeu de Paume (Concorde, Paris 8e), dans le cadre du cycle de projections intitulé « De la cage au cadre. La création en huis clos dans le cinéma français des années 1960 », programmée par Joséphine Jibokji, du 14 mai au 1er juin 2019, au cinéma de l’auditorium.

© INHA / CTHS, 2019
ISBN 978-2-7355-0894-5
EAN 9782735508945
328 p. | 16,5 x 22 cm | ill. | br.
Collection : L'Art et l'Essai
N° dans la collection : 20

Parution : 14 mai 2019

L'ouvrage est disponible à l'achat sur le site du CTHS