Une Africaine au Louvre en 1800. La Place du modèle.Par Anne Lafont

Marie-Guilhemine Benoist, Portrait d’une femme noire, 1800, huile sur toile, 81 × 65 cm, Paris, musée du Louvre, inv. 2508. © RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Gérard Blot.

Quelle est cette femme figurant sur le Portrait d’une femme noire réalisée en 1800 par Marie-Guilhemine Benoist (1768-1826) ? Qui se cache derrière cette présence en gloire presque qui s’impose par sa beauté souveraine sur ce tableau pourtant réalisé par une artiste dont l’engagement politique en ferait plutôt une partisane des royalistes esclavagistes, à la différence du républicain Girodet, son prédécesseur qui, avant elle, avait réalisé le portrait de Jean-Baptiste Belley, premier député noir de France ? C’est en opérant un déplacement radical du point de vue et de la méthode qu’Anne Lafont, historienne de l’art spécialisée dans la représentation des Noir.e.s, propose une nouvelle « lecture » de ce tableau. Se détournant des intentions de son auteure, sondant à la fois la généalogie des portraits de personnes de couleur et l’histoire des femmes noires affranchies, mais surtout s’interrogeant sur le processus de fabrication d’un portrait, Anne Lafont échafaude l’hypothèse que l’histoire de cette femme pourrait s’apparenter à celles des signares et ou des Créoles placées, esclaves qui ont conquis leur affranchissement par des jeux d’alliance. Ainsi cette méditation sur l’art du portrait devient-elle elle-même l’écriture d’un portrait.

Une Africaine au Louvre en 1800. La Place du modèle de Anne Lafont
ISBN : 978-2-917902-51-6

Responsable éditoriale : Marianne Dautrey
60 pages, 17 ill. couleurs
Prix public : 8 €
Parution : janvier 2019

Disponible en librairie et en ligne sur le Comptoir des presses d’universités
à partir de janvier 2019