Cartographie du RETIF en Haut-de-France Exploitation de données sous la forme d'une webapp géolocalisée

À l’occasion de l’exposition Heures italiennes, trésors de la peinture italienne en Picardie (XIVe-XVIIIe siècles), qui s’appuie sur les informations du RETIF, l’INHA propose une version cartographiée de la base de données.

Contexte scientifique

L’Institut national d’histoire de l’art (INHA) recense et répertorie depuis 2001, avec l’aide de l’ensemble des musées de France et des conservateurs des Antiquités et objets d’art, tous les tableaux italiens conservés dans les églises et les musées français.

Ces œuvres sont présentées dans une base de données unique désignée sous l’acronyme RETIF pour « Répertoire des tableaux italiens dans les collections publiques françaises ». Hébergée dans AGORHA, cette base de données est le reflet de l’actualité de la recherche, les notices d’œuvres évoluant au gré des attributions, des restaurations et des découvertes.

À l’occasion de l’exposition Heures italiennes, trésors de la peinture italienne en Picardie (XIVe-XVIIIe siècles), qui s’appuie sur les informations du RETIF, l’INHA propose une version cartographiée de la base de données. Elle permet au public le plus large possible de se promener dans les collections italiennes de Picardie, de s’informer de façon précise sur les œuvres, et de retrouver les photographies d’œuvres par un accès direct à la base de données.

Enfin, elle donnera la possibilité de retrouver toutes les œuvres dans leur lieu habituel de conservation, bien après la fin de l’exposition.

Contexte technique

Il s'agit d'un prototype permettant notamment, à des fins pédagogiques, d'explorer un jeu de données réalisé et consultable initialement sur la plateforme AGORHA de l'INHA.

Prototype réalisé à partir de Bootleaf codé par Bryan McBride, à partir de Bootstrap 3Leaflet, et typeahead.js

Les données sont récupérées via le protocole OAI-PMH mis à disposition par AGORHA (pour en savoir + sur les sets disponibles)

L'ensemble des données "extraites et géolocalisées" sont librement téléchargeables en plusieurs formats (csv, geojson) mais également en json formaté pour l'utiliser dans l'application PALLADIO développée par le laboratoire Humanities + Design de l'Université de Stanford. Un bref tutoriel développe l'utilisation de ces données.