Séminaire « Couleurs du vivant. L'exemple de l'indigo »

Avec la pourpre des coquillages, l’indigo est probablement le plus ancien colorant naturel. L’indigo n’est pas une plante et n’existe donc pas à l’étatnaturel. C’est une matière colorante dont l’extraction est possible à partir de diverses espèces selon les régions tempérées (le pastel ou la persicaire à indigo)ou tropicales (famille des Indigofera) où il est produit. Au sein des quelques végétaux producteurs de colorants bleus, l’indigo est celui qui offre la plus grande solidité à la lumière. Ainsi, nombreux sont les explorateurs, hommes de lettres ou de sciences, artistes, teinturiers… qui ont voyagé sur les traces du bleu le plus largement partagé dans l’histoire de l’humanité, fourni par les plantes à indigo.

 

Plusieurs techniques existent entre la fabrication d’un pigment végétal d’indigo ou l’usage direct des feuilles de plante préparées pour le montage de cuves réduites naturellement, souvent par fermentation. L’histoire de l’indigo est aussi celle de ces procédés, dont plusieurs exemples seront proposés au cours de ce séminaire, comme la cuve de pastel picarde et la cuve japonaise traditionnelle dénommée sukumo. En 1883, le chimiste allemand Adolf von Baeyer réalise la synthèse chimique de l’indigo. Sa commercialisation nécessite quatorze années de plus pour être rentable. Ce n’est donc qu’à l’extrême fin du XIXe siècle que l’indigo de synthèse concurrença l’indigo naturel.

 

De nos jours, sous son état naturel comme synthétique, la quasi-totalité de l’indigo produit actuellement dans le monde est utilisée pour la teinture et reste l’un des colorants mondiaux les plus populaires.

En partenariat avec l’École nationale supérieure des arts décoratifset l'Université Paris Sciences et Lettres. Parallèlement aux conférences, un atelier de création de nuanciers textiles en teintures naturelles et de synthèse est proposé aux étudiants, d’octobre 2019 à mai 2020.

Comité d’organisation

Clément Bottier (designer textile et couleur), Isabelle Rodier (ENSAD), Sandrine Rozier (designer costumes et textile pour les arts vivants), Marie-Anne Sarda (INHA)

Comité scientifique

Clément Bottier (designer textile et couleur), Dominique Cardon (CNRS – CIHAM/UMR 5648, Lyon), Manuel Charpy (laboratoire InVisu, CNRS – INHA), Mohammed Dallel (LRMH, Champs-sur-Marne), François Delamare (école des Mines), Rossella Froissart (université d’Aix-Marseille), Pascale Gorguet-Ballesteros (musée de la mode de la Ville de Paris-Palais Galliera), Esclarmonde Monteil (musée des tissus, Lyon), Witold Nowik (LRMH, Champs-sur-Marne), Isabelle Rodier (ENSAD), Sandrine Rozier (designer costumes et textile pour les arts vivants), Marie-Anne Sarda (INHA), Marie-Amélie Tharaud (Conservatoire des créations Hermès, Pantin)

Programme de recherche

« Colorants et textiles de 1850 à nos jours », sous la direction de Marie-Anne Sarda (domaine Histoire et théorie de l’histoire de l’art et du patrimoine)

Programme 2019

  • 13 novembre 2019
    Tristan Yvon (DRAC Guadeloupe) : Bleus et noirs dans les Antilles françaises
    Voir dans l'agenda

Programme 2020

  • 15 janvier 2020
    Michel Garcia (teinturier, chercheur) : La Picardie, terroir pour la production de la waide
    Voir dans l'agenda
  • 26 février 2020
    Hisako Sumi (artiste textile, teinturière en indigo, chercheuse) : L’indigo au Japon et le savoir-faire des cuves à fermentation
    Voir dans l'agenda
  • 19 mars 2020
    Dr. Jenny Balfour-Paul (université d’Exeter) : L’Angleterre et la Hollande, explorateurs de l’indigo des Indesµ
    Voir dans l'agenda

Retrouvez la programmation du séminaire Teintures naturelles ou colorants de synthèse 2018/2019 ici