Medieval Kâshi Online

Ensemble de cinq carreaux de revêtement, 3e quart du XIIIe siècle, Iran, Paris, musée du Louvre, Photo (C) Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Hughes Dubois

Ce projet se propose, dans le cadre d’une collaboration Sèvres – Manufacture et Musée nationaux / Musée du Louvre / INHA, par l’intermédiaire d’une base de données (sur Agorha), de rassembler l’ensemble des informations collectées dans le cadre d’un projet de recherche initié par le département des arts de l’Islam du Musée du Louvre en 2015  grâce au soutien du Roshân Cultural Heritage Institute par l’intermédiaire du Fonds de dotation du musée. Intitulé Medieval Kâshi Project, il concerne des corpus de carreaux de revêtement de céramique iraniens à décor de lustre métallique des XIIIe et XIVe siècles dont les inscriptions, outre des vers poétiques et de plus rares citations coraniques, présentent parfois des mentions susceptibles de mettre en lumière leur contexte de production (date, centre de production, signature, nom d’atelier …). Les carreaux les plus éloquents ont la forme d’étoiles et de croix destinées à être imbriquées et à couvrir la partie inférieure des murs internes (sur une hauteur de 1,20 mètres environ) de monuments funéraires ou religieux shiites ou encore en relation avec le soufisme.

Ces carreaux ont presque tous été déposés de la paroi de leurs monuments d’origine dès la fin du XIXe siècle et ont été dispersés en Europe, Europe orientale et aux Etats-Unis. En Iran même, à de rares exceptions près, ces ensembles de carreaux ont rejoint les musées.

C’est donc à un vaste puzzle que le Medieval Kâshi Project se consacre en ayant privilégié, au cours d’une première phase (2015-2017), la collecte des informations historiques relatives au contexte de production par la lecture des inscriptions sur les carreaux en forme d’étoiles et de croix. Cette collecte s’est effectuée par la prospection physique des principales collections publiques de carreaux à décor de lustre métallique en Europe, Outre-atlantique et en Iran. Chaque pièce ou fragment de décor a été examiné, photographié, enregistré afin de ne réunir que des données observées « sur pièce et sur place ». Les inscriptions des pièces inscrites ont été lues, transcrites et identifiées lorsque cela était possible.

Le Medieval Kâshi Project a pour ambition de redonner de la cohésion à un patrimoine dispersé, présent dans les collections publiques françaises comme internationales, et de le recontextualiser afin de le restituer, ne serait-ce que virtuellement à sa région d’origine. Au-delà, il promeut une production artistique d’une grande richesse d’enseignement et de contenu au cœur de plusieurs disciplines (histoire sociale, histoire de l’art, histoire des techniques, histoire de la littérature).

Équipe INHA

  • Pauline Chevalier, conseillère scientifique
  • Michèle  Galdemar, chargée de ressources documentaires et numériques

Partenaires

  • Delphine Miroudot, conservatrice du patrimoine, Sèvres – Manufacture et Musée nationaux (coordinatrice scientifique du programme)
  • Elodie Pomet, documentaliste scientifique, département des arts de l’Islam, Musée du Louvre

Partenaires institutionnels

  • Musée du Louvre

  • Sèvres – Manufacture et Musée nationaux