Œuvres disparues en temps de guerre dans les collections publiques françaisesProgramme réalisé (2017-2018)

Légende : Paul Jamot (1863-1939), Vue intérieure de l’église des Jacobins à Toulouse avec les caisses des tableaux évacués du musée du Louvre, 1918, huile sur toile, H. 0,41 m x L. 0,27 m, Paris, musée du Louvre, inv. R.F. 1941-16

En complément de son projet RAMA (Répertoire des acteurs du marché de l’art en France sous l’Occupation) consacré aux spoliations d’œuvres d’art ayant appartenu à des personnes privées, l’INHA a entrepris de recenser les œuvres issues des collections publiques françaises, disparues durant les trois derniers conflits contemporains.

L'Institut national d'histoire de l'art a décidé de lancer en novembre 2017 un programme de recherche qui s’intéressera aux œuvres d'art de toute nature, appartenant aux collections publiques (musées, édifices religieux et civils) ou provenant de collections privées mises à l’abri dans les musées, disparues en France lors des trois derniers conflits contemporains (guerre franco-prussienne de 1870-1871, Première et Deuxième guerres mondiales) ayant touché le territoire national.

Ce programme consistera en l’établissement, sous la forme d’une base de données, d’un catalogue des œuvres disparues à partir de sources le plus souvent inédites ou peu exploitées par la recherche, telles que les listes des œuvres évacuées, tant du côté français (Service de protection et d’évacuation des monuments et des œuvres d’art) que du côté allemand (Kunstschutz) pour les zones occupées, les procès-verbaux de restitution, les courriers de réclamation, les dossiers de dommages de guerre, auxquels s’ajoutent des fonds photographiques exceptionnels disséminés entre la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, le musée départemental Albert-Kahn et le ministère de la Défense (Établissement de Communication et de Production audiovisuelle de la Défense), documentant les sites patrimoniaux à proximité des zones de combat, les intérieurs des sites patrimoniaux comme les musées, les dépôts d’œuvres évacuées et protégées, les destructions.

Ce travail devrait permettre non seulement de mieux connaître l’histoire des collections et des musées, mais encore de révéler des œuvres inédites, voire de les retrouver, d’étudier les stratégies de propagande à l’œuvre dans les mesures de protection et de valorisation du patrimoine prises par les belligérants, de s’interroger sur les ressorts esthétiques qui ont conduit les conservateurs de l’époque à ne pas évacuer, par exemple, les tableaux des « petits maîtres » ou les objets d’ethnographie non-européenne, de tracer, enfin, de nouvelles voies de recherche sur l’histoire de la régie et du conditionnement des œuvres, la photographie de reproduction d’œuvre d’art, etc.

Portant sur l’ensemble du territoire français, les recherches seront menées région par région, avec une priorité donnée à celles ayant le plus souffert des conflits. Parce qu’elle a initié un travail tout à fait exemplaire sur le sujet depuis 2014, dans le cadre des commémorations liées à la Grande Guerre, l’association des conservateurs des musées des Hauts-de-France s’est imposée comme le partenaire privilégié de l’INHA pour initier ce programme.

Équipe INHA

  • Ariane James-Sarazin, conseillère scientifique, responsable du programme (2017-2018)
  • Célia Fleury, responsable du développement des musées thématiques au sein de la Direction adjointe Sports et Culture, département du Nord, co-responsable du site Musenor de l'Association des conservateurs des musées des Hauts-de-France

Partenaire institutionnel

  • Association des conservateurs des musées des Hauts-de-France

Colloques

  • Intervention de Célia Fleury et Ariane James-Sarazin, « Objects Lost in Times of War in French Public Collections: Questions and Methods », 20 mars 2018, Ljubljana, International Conference, 19-21 mars 2018, Dispossessions of Cultural Objects between 1914 and 1989/1991. The Alpe Adria Region in Comparative Perspectives.
    En savoir plus
  • Participation au comité scientifique du colloque Guerre et Paix organisé par l’association des conservateurs des musées des Hauts-de-France, 21-22 novembre 2018
    En savoir plus

    Depuis 2012, l’Association des conservateurs des musées des Hauts-de-France développe un programme intitulé « Guerres et Paix » destiné à étudier et à mieux faire connaître l’impact de la Première guerre mondiale sur les musées.
    Ce colloque viendra clôturer la manifestation avec pour objectif de présenter l’ensemble des travaux entrepris ces six dernières années sur la place du patrimoine dans le conflit (à l’échelle régionale et européenne). Abordés par demi-journée, les quatre axes envisagés (Histoires de musées entre 1914 et 1918, Musées et protection patrimoniale entre 1914 et 1918, Les conséquences de la Première guerre mondiale pour les musées, La Première guerre mondiale dans les musées) permettront de revenir sur l’histoire des musées et de leurs collections pendant le conflit, mais aussi sur les conséquences de la guerre en termes de muséographie, d’écriture de l’histoire de l’art et de professionnalisation de la protection et de la sauvegarde du patrimoine.