Vestiges, indices, paradigmes: lieux et temps des objets d'Afrique (XIVe – XIXe s.)Programme en cours

Tête royale (détail), Royaume de Bénin, Nigéria, XIXe ?, Musée du Quai Branly inv. 73.1997.4.3, 52 x 34 x 34 cm.

Ce programme entend proposer des outils conceptuels et pratiques pour renouveler l’histoire de l’art des objets d’Afrique réalisés entre le XIVe et le XIXe siècle. En retour, il réinterrogera à partir de ceux-ci les méthodes et les paradigmes d’une l’histoire de l’art principalement élaborée à partir de cas européens au cours de la même période.

Ce programme porte sur les vestiges parvenus jusqu’à nous et sur les manières de les questionner pour l’écriture d’une histoire de l’art qui les inscrirait dans les différents contextes de production, d’usage et de réappropriation dont ils relèvent. La périodisation large du programme fait sens au regard des régimes de documentation et de conservation des objets considérés: en remontant dans le temps depuis le partage colonial des années 1880, à une époque où les objets arrivent massivement en Europe, jusqu’au XIVe siècle qui apparaît comme une date butoir au-delà de laquelle on n’y accède dans la plupart des cas que par l’archéologie. A quelques exceptions notables près, les objets africains de la période XIVe-XIXe siècle sont aujourd’hui majoritairement connus par ce qui en est conservé dans les collections occidentales. La date à laquelle ils y arrivent constitue donc souvent la première entrée dont on dispose pour ancrer ces objets dans le temps. Il est donc nécessaire de revenir sur la constitution des collections pour, aussi, dépasser cette strate et analyser les situations initiales de production et d’usage en Afrique.

Le programme élabore aussi des outils d’accompagnement à la recherche afin de permettre le développement, en France, d’une histoire des arts d’Afrique sur cette période. Il s’agit, d’une part, d’identifier ce qui peut faire source pour documenter ces objets et, d’autre part, d’identifier ceux conservés dans les collections publiques françaises afin de les rassembler dans une collection numérique.

Des ateliers de recherche analyseront en parallèle les modalités d’écriture d’une histoire de l’art sur ces objets. Il s’agira de questionner les dénominations et les assignations relatives aux catégories socio-politiques, nationales, stylistiques et auctoriales tout autant dans l’historiographie que dans les pratiques actuelles. Les études sur les arts d’Afrique se sont de fait trouvées à la fin du XIXe siècle et au cours du XXe siècle à la confluence de deux mouvements. L’un est lié à la mise en place de histoire de l’art comme discipline académique qui a mis en exergue les caractéristiques nationales spécifiques à chaque pays, l’autre est l’utilisation des catégories ethniques par les politiques coloniales. Il sera de même nécessaire de réinterroger la part des collections nationales dans la constitution des corpus de recherche. Effectivement, les recherches ont longtemps été façonnées par les collections muséales souvent tributaires de l’histoire coloniale de chaque pays et de grandes expéditions de recherche. On reviendra ainsi sur l’histoire et l’état des lieux des recherches dans différents pays pour voir comment les institutions modèlent les approches pour poser les bases d’une histoire comparative des histoires des arts d’Afrique et mener ainsi une analyse réflexive sur les approches développées.

Ces ateliers reviendront aussi sur des objets ou des textes méconnus comme expérimentation collective d’une méthodologie pluridisciplinaire, cruciale pour tenter de pallier la rareté documentaire. 

Carnet de recherche

Séminaires

Monuments et documents de l’Afrique ancienne : recherches en cours en histoire, histoire de l’art et archéologie en partenariat avec Marie-Laure Derat (CNRS, laboratoire "Orient & Méditerranée: textes, archéologie, histoire"), Anaïs Wion (CNRS, Institut des Mondes Africains) et le master recherche "Histoire de l'Afrique", Université Paris 1-Panthéon Sorbonne.
6 décembre 2017, 10 janvier, 7 février, 7 mars, 4 avril, 2 mai, 16 mai 2018, 6 juin 2018
9h30-12h30, CNRS, 27 rue Paul-Bert, Ivry-sur-Seine, salle B (sous-sol)
En savoir plus

– Les arts en Afrique et dans ses diasporas : pratiques, savoirs, mobilités en partenariat avec Carlo Celius (CNRS, Institut des Mondes Africains), Anne Doquet (IRD, Institut des Mondes Africains), Christine Douxami (Université de Franche-Comté, Institut des Mondes Africains), Eric Jolly (CNRS, Institut des Mondes Africains), Anne Lafont (EHESS, Centre de Recherches sur les Arts et le Langage - Centre d'Histoire et de Théorie des Arts), Dominique Malaquais (CNRS, Institut des Mondes Africains)
10 novembre, 8 décembre, 22 décembre 2017, 12 janvier, 23 février, 9 mars, 23 mars, 13 avril, 25 mai, 8 juin 2018
11h-13h, EHESS, selon les séances 96 ou 105 bd Raspail, Paris.
En savoir plus