Rencontres de la Galerie Colbert

La Galerie Colbert, lieu historique conservant la mémoire du XIXe siècle et de ses fameux « passages », héberge depuis 2001 la plupart des établissements d’enseignement et de recherche d’Île-de-France en histoire de l’art, ainsi que l’Institut national du patrimoine et l’Institut national d’histoire de l’art.
Afin de faire connaître leur travail et de visiter ce haut lieu de la recherche, de la formation et de la coopération internationale en histoire de l’art, des Rencontres sont organisées tous les ans, depuis 2011, à destination d’un large public.

La singularité de ces Rencontres réside en une journée autour d'une œuvre phare de l’histoire de l’art qui a marqué l’imaginaire des artistes et des créateurs.

Les contributions des chercheurs couvrent le champ historiographique de cette œuvre et de ses développements, les enjeux de son élaboration, de sa réception et de sa conservation, mais aussi les échos et les résonances que ses problématiques peuvent entretenir avec des productions artistiques antérieures, ultérieures et contemporaines, selon une série de thématiques qui permettent de découvrir les savoir-faire, les outils d’analyse, les méthodes d’examen et d’interprétation des chercheurs œuvrant au sein de la Galerie Colbert.

Édition 2016

Autour de la tenture de La Dame à la Licorne. Féminité, désir, allégorie
Samedi 30 janvier 2016

Les cinquièmes rencontres de la Galerie Colbert sont organisées par l’INHA, en partenariat avec le musée de Cluny, musée national du Moyen Âge (www.musee-moyenage.fr) et toutes les institutions présentes dans la galerie (universités, centres de recherche, Inp).

Pour cette cinquième édition, la galerie Colbert ouvre à nouveau ses portes au grand public. Lieu historique conservant la mémoire du XIXe siècle et de ses fameux « passages », elle héberge depuis 2001 la plupart des établissements d’enseignement et de recherche d’Île-de-France en histoire de l’art, ainsi que l’Institut national du patrimoine, permettant de renforcer la communauté scientifique de l’histoire des arts, en tissant des liens entre chercheurs confirmés et doctorants, ainsi que la coopération internationale.

Selon le principe de cette journée, une œuvre a été choisie pour fédérer les réflexions et nourrir les débats, un chef-d’œuvre de l’art européen qui a durablement marqué l’imaginaire des artistes et des créateurs : la tenture de la Dame à la Licorne.

Les multiples sujets que l'on peut aborder à partir de cette œuvre vont bien au-delà de l'intérêt que les concepteurs et réalisateurs portèrent à la tenture : l’allégorie des cinq sens, celle des six vertus courtoises du Roman de la Rose, le riche symbolisme de l’iconographie, la question du métier, sans oublier la représentation de la féminité. Ils concernent non seulement toute l'histoire de l’art, depuis l’iconographie antique des êtres fabuleux ou de la représentation de la féminité jusqu'à Gustave Moreau, Mapplethorpe, Rebecca Horne ou Grégoire Solotareff, mais aussi le spectacle vivant de Gaëlle Bourges ainsi que toutes les pratiques artistiques : peinture, architecture, sculpture, arts décoratifs, théâtre et opéra, musique, photographie, cinéma, vidéo, performance.

Conclusion de la journée : projection / débat

A mon seul désir, conception et récit de Gaëlle Bourges (Association Os / www.gaellebourges.com), 45 min.
Avec Carla Bottiglieri, Gaëlle Bourges, Agnès Butet et Alice Roland, et la participation de 34 volontaires pour le bestiaire final.
Réalisation du film : Claire Ananos
Caméras : Claire Ananos et Hervé Nisic

A mon seul désir convoque les six panneaux de la série de tapisseries connue sous le nom de La Dame à la licorne, qui présente une jeune fille et une licorne entourées d’animaux et de fleurs – vraisemblablement une allégorie des cinq sens augmentée d’un sixième, resté assez mystérieux. Mais les licornes sont aussi réputées terriblement sauvages, ne se laissant approcher que par de jeunes vierges. Le travail insiste donc plutôt sur un des points centraux de l’histoire de l’art européen : la représentation de la virginité des femmes, ou de leur non virginité puisque, Vierge Marie oblige, il y a au cours des siècles comme une oscillation entre déflorations et non déflorations, ce qui revient finalement au même : on n’est jamais tranquille.

Projection suivie d’un débat en présence de Carla Bottiglieri, Gaëlle Bourges, Agnès Butet et Alice Roland, modéré par Panayota Volti, maître de conférence, Université Paris Ouest Nanterre La Défense / THEMAM-ArScAn.

Coordination : Michaël Decrossas

Édition 2015

Autour des Esclaves de Michel-Ange. Terribilità, inachèvement, espace
Samedi 31 janvier 2015

Coordination : Michaël Decrossas

Édition 2013

Autour de La Danse de Matisse - Espace, couleur, mouvement
Samedi 13 avril 2013

Coordination : Julie Ramos

Édition 2012

Autour du Narcisse de Caravage. Reflets d'un mythe
Samedi 24 Mars 2012

Coordination : Julie Ramos

Édition 2011

Autour du Radeau de la Méduse de Géricault – Figures du désastre
Samedi 12 mars 2011

Coordination : Julie Ramos

 

Afin de permettre une lisibilité accrue des institutions et des contenus, ainsi qu’une trace de ce partage des savoirs, les communications font l’objet de captations vidéo depuis l’édition de 2015.

Accéder aux archives audiovisuelles

Œuvre : Autour de la tenture de la Dame à la Licorne. Féminité, désir, allégorie
Date : Samedi 30 janvier 2016

Coordination : Michaël Decrossas

Coordination, 2013-2016 : Michaël Decrossas, michael.decrossas @ inha.fr
Coordination, 2011-2013 : Julie Ramos

Communication et presse : Anne-Gaëlle Plumejeau, anne-gaelle.plumejeau @ inha.fr