Liudmila BUDRINAChercheuse invitée (juin-juillet 2017)

Biographie

Après plusieurs années de travail en tant que conservatrice de la collection des objets taillés en pierre dure du Musée de l'histoire de la taillerie en pierres dures et de la joaillerie (Ekaterinbourg), depuis 2012 Ludmila A. Budrina est la cheffe du Département des arts décoratifs de Musée des beaux-arts de Ekaterinbourg. Depuis 2002 elle est maître de conférences à l'Université Fédérale de l’Oural. Après l’obtention du Doctorat en 2004 (la thèse a été consacrée à la production en pierre taillée et en joaillerie en Russie au tournant du XIX-XXe siècles), les recherches se sont focalisées sur les échanges trans-culturels dans le domaine de l’art de la taille en pierre durant le XIX siècle.

Bibliographie

  • « Lapidaires parisiens aux services de Nicolas Demidoff : la collection des objets en bronze doré et malachite avec des mosaïques en reliefs des pierres dures réalisés par Thomire (d’après les documents inédits et les collections européennes) »,
  • « Les progrès de l’industrie perfectionnée ». Luxe, arts décoratifs et innovations de la Révolution française au Premier Empire, actes du colloque, Paris, 13-14 juin 2014, Natacha Coquery, Jörg Ebeling, Anne Perrin Khelissa, Philippe Sénéchal (dir.), Toulouse, p. 136-145, 2016.
  • (en russe) « La malachite russe etre les mains des artistes français », Russie-France. Alliance des coultures. Actes de XXII conference au Tzarskoe Selo, Petersburg, p. 115-123, 2016.
  •  « Carl Fabergé et la production des sculptures polychromes en Russie » en Splendor marmoris. I colori del marmo, tra Roma e l’Europa, da Paolo III a Napoleone III, Roma, p.447-458, 2016.
  • Shmotiev A., Budrina L., Muntian T., Shokarev S. Heroes. History in Ural Stone Curving = Helde. Die Geschichte in Meisterwerken Uraler Steinkünstler = Geroy. Istoria v šedevrach uralskich kamnerezov. [Vaduz] Jekaterinburg, 2016.
  • (en russe) « L’école de la taille des pierres dures parisienne du debut de XIX siecle et les commande de Nicolas Demidoff » en Revue scientifique de l’Université Federale d’Oural, N 1 (111), p. 5-19, 2013.
  • « La produzione in malachite dei Demidov: sulle trace degli oggetti alla Prima Esposizione Universale », I Demidov fra Russia e Italia: gusto e prestigio di una grande famiglia in Europa dal XVIII al XX secolo, Firenze, p. 151-176, 2013.
  • (en russe) «  Les lapidaires russes de la Maison Cartier », Revue scientifique de l’Université de l’Etat d’Oural, N 1 (87), p. 66-78, 2011.
  • (en russe) «  Les Salons de malachites de Petersburg, Russie, Europe... », Petersburg brillant. Le rôle des architectes du XIX siècle en formation de l’image de la ville. Recueil de la conférence scientifique, S.-Petersburg, p. 23-49, 2011.

Projet de recherche

Le projet a pour le but de rétablir et de mettre en évidence les relations franco-russes, créées autour de la malachite suite aux activités des membres de la famille Demidoff ainsi que leurs liaisons avec le monde artistique français du XIXe siècle. Dans le cadre de ces recherches il est nécessaire de réétudier  les rapports des fournisseurs de la matière primaire (Demidoff, qui avaient le monopole de la malachite), les artistes (Thomire, Ravrio, les ébénistes et les bronziers français, Pradier), les exécutants (Thomire, Bellonie et ses élèves, Théret, autres lapidaires et mosaïstes) et les commanditaires (les aristocrates russes et européens), afin de reconstruire la voie du transfert du goût et du savoir-faire entre deux puissances européennes  (les expositions des produits de l’industrie et les expositions universelles, l’invitation des artistes et application des commandes).