Christian MAZET

Membre scientifique de l'Ecole française de Rome.

Chargé d'études et de recherche à l'INHA de 2014 à 2018.

christian.mazet1 @ gmail.com

  (christian.mazet1 @ gmail.com)

Archéologue, ancien élève de l’École du Louvre diplômé de muséologie, Christian Mazet a été chargé d’études et de recherche à l’Institut national de l’art (2014-2018), boursier de la Fondation Walter-Zellidja de l’Académie française (2018-2019) puis membre de l’École française de Rome (2019-2022). Il mène des recherches sur les transferts culturels en Méditerranée orientalisante et archaïque ainsi que sur l’histoire de l’archéologie au XIXe siècle. Ses travaux doctoraux à l’École Pratique des Hautes Études – Université PSL (2014-2020), à la croisée de l’histoire de l’art et de l’archéologie, ont portés sur l’expérimentation par les populations grecques et préromaines du répertoire figuratif oriental au cours des VIIe et VIe siècles avant notre ère, en s’intéressant en particulier à l’iconographie de l’hybridité femme-animal (femmes ailées, sirènes, sphinx, gorgones, femme-poisson, femme-serpent, femme-insecte…) qui peuple l’imaginaire littéraire, artistique et religieux des sociétés préclassiques. À l’INHA, il a assisté Martine Denoyelle et Cécile Colonna au sein du domaine Histoire de l'art antique et de l'archéologieen participant aux programmes Sources inédites pour l'histoire de l'antique,Répertoire des ventes d'antiques en France au XIXe siècle et Une Histoire de l’art antique inachevée : les dessins de Jean-Baptiste Muret (17951866). Il a notamment co-organisé la journée d’études « Les Antiques à l’épreuve du marteau. Premiers résultats et perspectives du programme Répertoire des ventes d'antiques en France au XIXe siècle » [26 janvier 2018]. Ses recherches à l’INHA l’ont ainsi mené à étudier l’histoire des collections européennes d’antiquités au XIXe siècle, provenant tant de Grèce que d’Italie.

Dans le cadre de son poste de membre scientifique de l’École française de Rome (2019-2022), Christian Mazet mène désormais une recherche en Étruscologie portant sur l’horizon méditerranéen de la cité de Vulci du VIIe au Ve siècles avant J.-C., à partir de l’étude recontextualisée du matériel archéologique issu de fouilles d’Alexandrine et Lucien Bonaparte dans les nécropoles orientales du site (1828-1846). Il est également engagé dans l’étude de la collection étrusque et italique du Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris – Petit Palais, dans l’étude et la mise en valeur de la collection archéologique de l’EFR ainsi que dans la publication de la céramique archaïque des fouilles du sanctuaire laconien d’Apollon à Amyclées (Amykles Research Project - https://amyklaion.gr/en/).

À paraître        

Infinito sarà il tempo dell’Ade. L’archeologia funeraria in Italia Meridionale (fine VI – inizio III sec. a.C.), avec Alexandra Attia, Daniela Costanzo & Valera Petta (Dir.), Venosa, Osanna Edizioni. Colanna Archeologia Nuova Serie [Introduction & Article « Sirène, harpie, femme-abeille ou déesse-cigale ? Lecture iconographique et symbolique d’un ambre figuré de la Tombe Boezio de Sala Consilina »].

« La Potnia Thérôn entre Paros et Thasos.Traditions et innovations », dans Paros V, “Paros through the ages from Prehistoric times to the 16th Century AD” (avec A. Coulié).

2020 « Les Antiques de Gustave-Adolphe Beugnot (1799-1861). Histoire et fortune d’une collection oubliée », Anabases. Traditions et réceptions de l’Antiquité, 32 (2020), p. 107-131.

« Nota sui fenomeni di ibridazioni iconografiche nell’Etruria orientalizzante : la sirena del Pittore delle Rondini », dans R. Dubbini, M. P. Castiglioni, M. Curcio (a cura di), Incontrarsi al Limite. Ibridazioni mediterranee nell’Italia preromana. Atti del convegno internazionale Ferrara 6-8 giugno 2019, Roma-Bristol: L’Erma di Bretschneider, 2020 (ADRíAS, 6), p. 297-306.

2019 « Une autre 'note auxerroise'. La statuette étrusque d'Appoigny (Yonne) », Studi Etruschi, vol. 81 (2019), p. 137-158 (avec J. Grasso).

« Un chef-d’œuvre de l’Orientalisant étrusque : le buste en bronze de la Tombe d’Isis à Vulci », Dossiers d'archéologie, hors-série n°37, 2019, p. 46-47.

« Πότνια λαγών. Un’identità religiosa laconizzante? Origine, attestazioni e simbologia dell’iconografia arcaica della Signora delle lepri in Magna Grecia ed Etruria », DialArchMed III, 2019, p. 527-538.

« La ‘Sirène’ d’Orient en Occident comme exemple de la sélection culturelle des hybrides féminins en Méditerranée orientalisante (VIIIe-VIe s. av. J.-C.) », dans M. Besseyre, P.-Y. Le Pogam, F. Meunier (éds.), L’animal symbole[en ligne]. Paris : Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019. http://books.openedition.org/cths/5065

« Rhodian Orientalizing Jewellery in 19th-century Collecting Europe », dans S. Schierup (éd.), Documenting Ancient Rhodes : The Archaeological Excavations and Rhodian Antiquities in the 19th to early 20th century. Acts of the International Colloquium held at the National Museum of Denmark, February 16-17, 2017. Aarhus University Press, 2019 (Gösta Enbom Monographs vol. 6.), p. 134-144.

2017 « Des tombes étrusques au musée des Études. Histoire de la collection d’antiques d’Antoine Vivenel (1799-1862) », Revue du Louvre et des Musées de France2016, n° 4 (2017), p. 63-74.

« La πότνιαθηρῶνou les frontières de l’Autre. Réflexion archéologique sur la signification d'une image homérique en Grèce orientalisante », Kentronn°32 (2016), p. 17-58.  https://journals.openedition.org/kentron/790

2015  Le Muséum étrusque d’Antoine Vivenel. Catalogue raisonné de la collectionétrusque et italique du musée Antoine Vivenel de Compiègne, Milan-Compiègne : Silvana Editoriale–Association des Amis des Musées Antoine Vivenel et de la Figurine historique de Compiègne, 2015, 192 p.

2014 « L’orfèvrerie rhodienne orientalisante », dans A. Coulié, M. Filomonos-Tsopoutou (éds.),Rhodes, une île grecque aux portes de l’Orient, Catalogue de l’exposition, Musée du Louvre, Nov. 2014 – Fév. 2015, Paris, 2014, p. 93-99 (avec M. Blet-Lemarquand, A. Coulié, D. Robcis).