"Toi, ton, à toi te, à moi tu, ... nous ?"Pour vous Monsieur Schwitters revient à l'occasion des cent ans de Merz

Kurt Schwitters, Merz Werbezentrale (Centrale publicitaire Merz), 1925-27, Hanovre, Sprengel Museum, photogr. : Herling/Herling/Werner

1919 : voilà 100 ans, Kurt Schwitters, armé d’une paire de ciseaux et d’un pot de colle de fabrication maison, découpa la syllabe « merz » d’une annonce pour la Kommerz- und Privatbank et l’intégra à une composition mêlant peinture et matériaux trouvés. En plus de donner son titre à cette œuvre (Das Merzbild), cet élément textuel acquit une signification générique, Schwitters décidant d’appeler tous ses assemblages des Merzbilder et ses collages, des Merzzeichnungen. Par la suite, il élargit la dénomination Merz à toutes ses autres créations et activités : construction Merz, poésie Merz, publicité Merz, etc., jusqu’à s’appeler lui-même Merz.

100 ans plus tard, Kurt Schwitters occupe une place de premier plan dans l’art et la poésie du XXe siècle. À Hanovre, sa ville natale, le Sprengel Museum comporte un département consacré exclusivement à l’étude de Kurt Schwitters, qui, grâce à la Kurt und Ernst Schwitters Stiftung, conserve les archives de l’artiste ainsi que plus d’un millier d’œuvres.
On ne compte plus les expositions et les publications, sauf… en France. Depuis la rétrospective organisée par Serge Lemoine au Musée national d’Art moderne en 1994, peu de choses. Sans les écrits et les traductions de Marc Dachy († 2015), Schwitters serait en France quasiment inconnu.
Ne noircissons toutefois pas le tableau : poètes, écrivains, artistes, historiens de l’art et de la littérature poursuivent le travail. Cette soirée Merz est l’occasion de leur donner la parole et de montrer l’actualité de Schwitters. Ils ont choisi de mettre en lumière un aspect moins connu de sa production littéraire, à savoir les contes pour enfants… et pour adultes qui apparaissent dans les années 1920 et resurgissent en exil ; mais aussi d’apporter un nouvel éclairage sur les « œuvres de sa vie », la Ursonate et le Merzbau. Discussions, lectures, performances, projections de films en rendront compte.

voir le programme complet

__

Informations pratiques

14 décembre 2019 - 18h

Galerie Colbert, auditorium
Institut national d'histoire de l'art
6, rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne 
75002 Paris

Entrée libre