Art et corporéitéPhénoménologie des univers formels

Ce séminaire doctoral examine, dans un territoire hexagonal mais transnational aussi, en longue durée, les liens entre les arts et le corps : comment les artistes, autant que les artisans – et l’on entend particulièrement les plasticiens-designers et les musiciens, sans que le groupe ne soit fermé – sont conditionnés et conditionnent les catégories et modèles d’objets qu’ils imaginent et fabriquent, en fonction de la plasticité des corps ? De quelles manières, selon quels échéanciers et à partir de quels schémas économiques sont produits, édités, diffusés des séries de mobiliers et des corpus d’instruments qui répondent, à la jointure du Beau et de l’Utile, à une exigence artistique, un canon esthétique et un confort social soumis à des variables politiques, culturelles et générationnelles ? L'histoire du corps ne fait-elle pas partie des oubliées ? Le corps évoluant dans son destin biologique, le corps agissant, le corps souffrant, le corps en représentation en constituent autant de chapitres exemplaires. Tel est l'objet du présent séminaire. Il est ici question du corps en rapport avec la création, qu'il en soit l'acteur ou le bénéficiaire. Ce programme de recherche, à l’articulation de l’interprétation et de l’expérience, entend réfléchir au couple Art et Corps dans les effets interactifs qu’ils produisent l’un sur l’autre. Afin d’éviter tout effet de rhétorique et de généralisation étrangère à l’analyse historienne sur corpus, l’étude porte, prioritairement, sur deux domaines : le design et la musique. Dans le premier cas, il s’agit d’observer, en longue durée (de 1880 aux années 2010), comment les décorateurs et les designers pensent [ou non] les objets en fonction du corps et du confort qui, dès lors, peut être produit. Dans le second cas, on regarde singulièrement de quelles manières les musiciens font ployer leur corps au son des notes autant que ces dernières – premières sur la portée ou virtuelles sur le web – inventent des postures corporelles à la bordure de l’extase, confortable ou non. Installé dans un espace national et transnational, observant « l’actuel » lorsqu’il est enchâssé dans le contemporain et l’immédiat, ce séminaire utilise des outils théoriquespluridisciplinaires (Histoire/Anthropologie/Sociologie sollicitant Maus, Vigarello, Gleize, Deleuze, Foucault, Leroi-Gourhan, Baudrillard, Lefebvre, Rancière et. al.) et des outils pratiques ouverts (sources primaires, secondaires et tertiaires). Adossé à des thématiques dômes : d’abord, la triade Corps/Corporalité/Corporéité ; ensuite, le tandem Art social et Confort ; enfin, le binôme Design et Fonction ; il réfléchit, à la manière d’un chiasme, à la façon dont le corps fabrique l’univers des formes lorsque l’Art, de son côté, courbe, met en geste et bouscule un corps devenu instrument puisqu’il crée la forme, un corps métamorphosé en forme parce qu’il dicte le biomorphisme des instruments.

Direction : Agnès Callu

2019

9 octobre 2019
« Aimer la laideur du corps ou La Pitié dangereuse littéraire »
Agnès Callu, IIAC, CNRS / EHESS

16 octobre 2019
« Phénoménologie du corps et métaphysique onirique »
Agnès Callu et Pascale Weber, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut Act

13 novembre 2019
« Des scarifications ou quand la douleur graphe le corps »
Agnès Callu et Virginie Megglé, psychanaliste

27 novembre 2019
« Mon corps est mon œuvre »
Agnès Callu et Orlan, artiste plasticienne [sous réserve]

11 décembre 2019
« Corpus des corps : histoires de matrices »
 Agnès Callu et Vincent Corpet, peintre

2020

22 janvier 2020
« Enjeux du corps musicien, analyses du corps musical »
Agnès Callu et Théo Bélaud, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

5 février 2020
« Le design ou l’intégration du corps dans la fabrication des objets »
Agnès Callu et Armand Behar, Centre de recherche en design, ENSCI /ENS-Paris Saclay

12 février 2020
« Toucher le marbre - fendre le carare. Autorécit d’une expérience esthétique »
Agnès Callu, IIAC, CNRS / EHESS

19 février 2020
« Intellectualisation de la performance : manifeste pour un design chorégraphique »
Agnès Callu et Wanda Mihuléac, artiste plasticienne

4 mars 2020
« Intellectualisation de la performance : manifeste pour un design chorégraphique »
(Agnès Callu et Salvatore Spada, artiste plasticien et poète) (Salle Walter Benjamin)

En savoir plus
___

Informations pratiques

Galerie Colbert
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

___