Matrice et signum. La croix dans la culture médiévale occidentale : histoire de l'art et anthropologie

Margelle de puits (détail), ixe - xe siècle, marbre, Paris, musée du Louvre, Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda

Symbole graphique, objet manufacturé, manifestation théophanique ou infrastructure plus ou moins perceptible, la croix investit, et à toutes les échelles, l'ensemble des lieux et des temps de la culture médiévale occidentale. Par-delà ses déclinaisons formelles et la multiplicité des médiums et matériaux qu'elle convoque, la croix se présente fondamentalement comme une matrice et un signe au sens médiéval du terme. En tant que matrice, elle est une forme visuelle dotée de qualités géométriques et mathématiques et constitue le schème d’un ordre universel, celui du Verbe incarné, et un référentiel qui oriente, compose, déploie les champs où elle s’inscrit. En tant que signum, la croix signifie une présence active, symbolise un avènement, marque un point dans l’histoire d'un monde qu'elle transforme, qu’elle s’appuie sur la médiation d’un objet, fixe ou mobile ou qu'elle apparaisse sous forme miraculeuse.

De la liturgie à la science en passant par l'appréhension du corps et le transport spirituel, l’investissement, dans la croix, d’un pouvoir d'établissement, de métamorphose ou de restauration traverse à ce point les strates de la culture médiévale occidentale que le colloque, Matrice et signum. La croix dans la culture médiévale occidentale propose de l’aborder dans une perspective à la fois sémiotique, herméneutique et anthropologique, qui prend en compte les systèmes où la croix agit ou est présentée en position d'agir : la cosmologie, la figuration iconique, les lieux et les territoires.

En partenariat avec le Centre allemand d'histoire de l'art, la Technische Universität Dresden et l’Institut Universitaire de France - Centre Georges - Chevrier UMR 7366 (Dijon)


Intervenants (sous réserve)

  • Marco Aimone (Università di Torino)
  • Jean-Claude Bonne (EHESS)
  • Raphaël Demès (université de Bourgogne)
  • Christian Frost (Birmingham City University)
  • Bruno Haas (Technische Universität Dresden)
  • Jane Hawkes (University of York)
  • Geoffroy Heimlich (Institut français d'Afrique du Sud)
  • Beatrice Kitzinger (Princeton University)
  • Holger Klein (Columbia University)
  • Bianca Kühnel (Hebrew University of Jerusalem)
  • Thomas Le Gouge (université de Bourgogne / Technische Universität Dresden)
  • Kathrin Müller (Goethe-Universität Frankfurt)
  • Simone Piazza (université Paul-Valéry Montpellier 3)
  • Giulia Puma (université Nice Sophia Antipolis)
  • Ioanna Rapti (EPHE)
  • Véronique Rouchon Mouilleron (université Lumière-Lyon 2)
  • Daniel Russo (IUF, université de Bourgogne)
  • Frédéric Tixier (université de Lorraine)

____

Informations pratiques

14, 15, 16 juin 2017 - 9H-17H

Galerie Colbert, auditorium
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

entrée libre