Sur les cimaises : prêts des collections de l'INHA 2022

La bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art mène une politique de diffusion de ses collections par le prêt d’œuvres aux institutions culturelles françaises et étrangères.

Gribouillage. Faire et défaire le dessin

Académie de France à Rome – Villa Médicis, du 23 février au 22 mai 2022

Organisée par l’Académie de France à Rome – Villa Médicis, en collaboration avec Beaux-Arts de Paris, l’exposition explore pour la première fois l’un des aspects les plus inédits et méconnus du dessin moderne : la pratique du gribouillage. Ces dessins libérés des contraintes académiques se développent depuis la Renaissance en marge
des œuvres, pour devenir durant la période contemporaine une partie intégrante de la production artistique. Forte du soutien de l’Istituto Centrale per la Grafica à Rome et du Centre Georges-Pompidou, parmi les principales institutions prêteuses, l’exposition, riche d’une centaine d’œuvres d’artistes tels que Bellini, Titien, Pontormo, Michel Ange, Bernin, Balla, Picasso, Dubuffet, Brassaï ou Twombly, interroge les germes de la modernité, tout en dévoilant le principe d’inversion entre la marge et le centre, qui amène le gribouillage au cœur de l’art contemporain.

La bibliothèque de l’INHA prête un cahier de classe manuscrit d’Eugène Delacroix de 1815 [Cote INHA : Ms 246 (8)].

 

Pierre Roche. L’esprit Art nouveau

Petit Palais – musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, du 8 mars au 11 septembre 2022

Afin de mettre en valeur une importante donation de plus de 4 000 pièces, consentie au Petit Palais par la petite-fille de l’artiste en 2015, cette exposition est consacrée à Pierre Roche, artiste subtil et raffiné de la période Art nouveau. Aujourd’hui assez méconnu, de son vrai nom Ferdinand Massignon (1855-1922), il participe pleinement à l’effervescence artistique et au renouvellement esthétique du tournant du xxe siècle. Touche à tout, formé à la peinture puis à la sculpture, il s’intéresse également aux arts décoratifs et à la gravure. Son œuvre révèle sa soif d’expérimentation et sa versatilité technique. Il met sa polyvalence au service du renouvellement de l’art de l’estampe à la fin du xixe siècle, et s’inspire de procédés anciens pour mettre au point une nouvelle technique de gravure en relief, la gypsographie.

La bibliothèque de l’INHA prête l’estampe Sirène Hippocampe, une gypsographie de 1896 [Cote INHA : EM ROCHE 17].

Delacroix et la nature

Musée Eugène Delacroix, Paris, du 16 mars au 27 juin 2022

Le rapport de Delacroix avec la nature est plus ambigu que son inscription habituelle dans le Romantisme pourrait le laisser penser. S’il apprécie la nature et le repos dans le Berry chez son ami George Sand, ou dans sa maison de Champrosay où il s’installe à partir de 1844, il a représenté très peu de paysages purs. Dans ses tableaux, la nature constitue souvent le fond d’une scène d’histoire ou de sujet littéraire, ou encore de portraits. Les animaux sont très nombreux dans son œuvre, des fauves qu’il observe au Muséum d’histoire naturelle aux animaux plus stylisés, voire aux êtres hybrides. Dans tous les cas, ils revêtent une signification qui va au-delà de leur représentation, influencée parfois par les artistes que Delacroix admire comme Géricault, Gros ou Rubens.

La bibliothèque de l’INHA prête le journal de Delacroix de l’année 1857 [Ms 253 (5)], un manuscrit d’Adolphe Cabot Mémoire de jardinage fait pour le compte de monsieur Delacroix [Cote INHA : Fonds Piron, BCMN Ms 507] et une lettre de Delacroix à Barye du 19 juin 1829 "Le lion est mort".

Aïda. Figlia di due mondi

Musée des antiquités égyptiennes de Turin, du 17 mars au 5 juin 2022

Le Musée de Turin célèbre le 150e anniversaire de la première représentation de l’opéra Aïda de Verdi au Caire (décembre 1871) et à Milan (février 1872) en mettant en valeur le rôle fondamental d’Auguste Mariette, auteur du sujet de l’opéra, mais aussi du projet des costumes et de la scénographie. L’exposition couvre ainsi la période allant de la jeunesse de Mariette vers 1842 jusqu’à la représentation de l’opéra à Milan en 1872.

La bibliothèque de l’INHA prête l’ouvrage d’Auguste Mariette, Notice des principaux monuments exposés dans les Galeries provisoires du Musée d’Antiquités Egyptiennes de S. A. le vice-roi à Boulaq, édité à Alexandrie par l’Imprimerie française Mourès en 1868 [Cote INHA : 8° F 1300].