Florence Duchemin-Pelletier

Fonction Pensionnaire

Structure DER

Florence Duchemin-Pelletier a soutenu en 2014, à l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense, une thèse consacrée à la réception de l'art inuit contemporain en France depuis les années 1950.

Entre 2009 et 2014, elle a conjointement coordonné les publications du Centre d’Étude et de Recherche sur les Littératures et les Oralités du Monde (CERLOM-Inalco), occupé une charge d’enseignement en histoire de l’art contemporain à l’Université Paris Ouest Nanterre et collaboré aux projets Labex Arts-H2H La Marionnette : objet d'histoire, œuvre d'art, objet de civilisations (2012) et D'autres collections pour les arts (2013-2015) portés par Thierry Dufrêne, Joël Huthwohl et Katia Légeret. Dans ce cadre, elle a coordonné la publication des actes de décembre 2012, co-organisé la journée d'études de décembre 2014 D’autres collections pour les arts au musée des Arts décoratifs, et lancé une enquête à l'échelle nationale auprès de musées d'art et de société.

En février 2015, elle a rejoint l'INHA en qualité de pensionnaire pour le domaine « Arts et architecture dans la mondialisation », où elle assure la coordination du projet « Global Art & Cultural Periodicals : Généalogies critiques et artistiques, XIXe-XXIe siècles » dans le cadre du programme « Observatory: Global Art Prospective ».

 Ses recherches actuelles portent sur les notions d’appartenance et d’appropriation culturelle chez les communautés autochtones d’Amérique du Nord, et plus particulièrement chez les Inuit de l’Arctique canadien. À travers l’analyse des politiques culturelles du nouveau territoire autonome du Nunavut et la prise en compte de la mémoire coloniale, elles examinent jusqu’à quel point la préservation d’une identité artistique spécifique peut faire sens ou dissimuler une crise.

« La sculpture comme lieu de résistance chez les Inuit du Nunavik », in Chantal Spillemaecker (dir.), Sur le toit du monde. À la rencontre des Inuit du Nunavik, Grenoble, Éditions du musée Dauphinois, 2016. À paraître.

« D’autres collections pour les arts. Ce qui lie les objets entre eux », in Ana Gonçalves Magalhães (dir.), Un récit alternatif pour l’histoire de l’art moderne. Actes du colloque LABEX 2015,São Paulo, Musée d'Art Contemporain de l'Université de São Paulo. À paraître.

« Un autre espace blanc, une autre histoire cartographique : l'Arctique », Made in Algeria. Généalogie d’un territoire, 2015.  http://mia.hypotheses.org/460

« Négocier les conceptions de l’art : les Inuit et l’Occident », in Brigitte Derlon etMonique Jeudy-Ballini (dir.), L’Art en transfert, coll. Cahiers d'anthropologie sociale, no. 12, Paris, Éditions de l'Herne, 2015 : 49-65.

« Un silence éloquent. Du désintérêt des Surréalistes pour l'art inuit contemporain », Histoire de l’art 75, La figure de l’Autre : reconnaissance et représentation, 2015 : 111-122.

« Contemporary Inuit Art in France between the 1950s and the early 1970s », Inuit Art Quarterly 28(1), 2015: 36-43.

« Entretien avec Christiaan Zwanikken », in Thierry Dufrêne et Joël Huthwohl (dir.), La Marionnette. Objet d’histoire, œuvre d’art, objet de civilisations ?, Lavérune, L’Entretemps, 2014 : 173-182.

« Catharsis in Inuit Art: a Way to Heal Wounds », Public: Art/Culture/Ideas 49, 2014 : 74-89.

« Surréalisme et art inuit : la fascination du Grand Nord », Journal of Surrealism and the Americas 2(1), 2008 : 64-94.   http://jsa.asu.edu