Elitza DULGUEROVA

Fonction Conseillère scientifique

Structure Département des Etudes et de la Recherche (DER)

Téléphone +33 1 47 03 89 91

Elitza Dulguerova est maître de conférences en Théorie et histoire de l’art contemporain à l’Université de Paris I-Panthéon Sorbonne et conseillère scientifique à l’INHA depuis octobre 2016 pour le domaine Histoire de l'art du XVIIIe au XXIe siècle. Elle y dirige depuis 2017 le programme de recherche "1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris". Elle détient un doctorat en co-tutelle entre l'EHESS et l'Université de Montréal et a poursuivi un post-doctorat à Stanford University.

Ses recherches suivent deux directions principales : l’histoire sociale de l’art et l’histoire des idées en Russie/URSS, y compris la période des avant-gardes russes ; et l’étude de l’exposition comme enjeu artistique et social dans l’art du XXe et XXIe siècles et, par extension, l’histoire et la théorie des expositions ainsi que la question de la réexposition. Ces deux versants se rejoignent dans son livre Usages et utopies : l’exposition dans l’avant-garde russe prérévolutionnaire, Dijon, les Presses du réel, 2015.

_

Elitza Dulguerova is Assistant Professor in Theory and History of Contemporary Art at the Université de Paris I. Since 2016, she is scientific advisor at the INHA for the field : History of Art, 18th to 21st century and develops within this framework the research programme "1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris". She holds a joint Phd (EHESS, Paris & Université de Montréal) and has been a postdoctoral fellow at Stanford University.

Her research interests follow two main directions: the history of ideas & the social history of art in Russia/URSS, including the Russian avant-garde period; the study of exhibitions as an artistic and social challenge in/for 20th and 21st century artworks, the history and theory of exhibitions, and the issue of exhibition remakes. Her book Usages et utopies : l’exposition dans l’avant-garde russe prérévolutionnaire (Dijon: les Presses du reel, 2015) brings together these two fields by focusing in particular on the role and on the expectations that group exhibitions played for artists in Russia in the first two decades of the 20th century.