Appel à contributions - Colloque "Pour une histoire culturelle du décorateur"

Description du colloque

Ce colloque, en analysant et précisant le rôle du décorateur dans l’aménagement intérieur, souhaiterait proposer une lecture nouvelle de l’histoire traditionnelle des styles occidentaux de la fin du XVIIIe siècle à la fin du XXe siècle. Si l’historiographie a souvent privilégié l’enchaînement des innovations formelles et techniques ainsi que la notion d’avant-garde, le colloque entend davantage mettre l’accent sur le contexte socio-économique dans lequel s’inscrit l’activité du décorateur. En effet, cette approche permet de dégager une vision propre à une génération ou à un groupe social à un moment donné de l’histoire. Elle enrichit la définition de notions encore mal étudiées telles que celles d’œil collectif et de tolérance visuelle, susceptibles d'expliquer par exemple l’alternance de périodes de sur-ameublement et de dépouillement. Elle  explique également de nombreuses variations relatives à la densité de l’occupation de l’espace ou à l’intensité des couleurs et de la lumière.

Pour réfléchir à cette histoire culturelle du décorateur, le colloque privilégiera, à l’approche monographique, les interventions transversales, convoquant plusieurs disciplines (littérature, sociologie, économie) et qui s’inscriront dans l’un des axes suivants :

1 – Identité du décorateur 

S’apparente-t-il à l’architecte au XVIIIe siècle, au tapissier au XIXe siècle, à l’ensemblier au XXe siècle? Qu'en est-il réellement de ses rapports et de ses liens avec les autres professions ?

2 – Espaces

Cet axe sera l’occasion de s’interroger sur la manière du décorateur de traiter l’espace en fonction de la nature de cet espace (espace public, espace privé, espace éphémère, scénographie ...). 

3 – Diffusion du travail du décorateur 

Il s’agira de s’intéresser aux moyens mis à la disposition du décorateur pour diffuser et promouvoir son œuvre. Comment les médias, des recueils aux revues, mettent-ils en lumière et diffusent-ils l’œuvre du décorateur ? Dans quelle mesure les descriptions présentes dans la littérature romanesque rendent-elles compte de la réalité ?

4 – Initiateur ou suiveur ?

Si l’activité du décorateur cristallise les goûts d’une classe ou d’une catégorie sociales à un moment précis de l’histoire, il convient cependant d’approfondir les rapports du décorateur et de son commanditaire afin d’évaluer la part de création revenant à l’un et l’autre et d’assigner à chacun le rôle qui lui revient dans la naissance et la diffusion d’une mode.

Les propositions d’intervention (français ou anglais) d’environ 2000 signes (espace compris) sont à envoyer avant le 1er avril 2016 aux adresses suivantes : philippe.thiebaut@inha.fr ; etienne.tornier@inha.fr ; sebastien.quequet@lesartsdecoratifs.fr

Les interventions se feront en français ou en anglais (sans traduction).

Colloque international organisé par l’Institut National d'Histoire de l'Art et Les Arts Décoratifs.

Lieu et horaire du colloque

Les 7 et 8 Octobre 2016 (auditorium Colbert)