Bertrand CosnetChercheur invité (Août - Septembre 2017)

Biographie

Bertrand Cosnet enseigne l’histoire de l’art médiéval à l’Université François-Rabelais de Tours et à l’Université de Nantes. Après l’obtention d’un DEA au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance,  ses recherches se sont concentrées sur la production artistique des ordres mendiants à la fin du Moyen Âge et sur la constitution et la fonction des images des valeurs morales. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2011 - L’imagerie morale italienne (vers 1315-vers 1415) : figurer et personnifier les vertus selon les ordres mendiants et les communes toscanes - et publiée en 2015, s’est attachée à étudier l’iconographie des vertus à partir d’une méthode plurielle s’appuyant sur l’analyse systématique des images et sur l’étude de leur contexte de réalisation. Il poursuit actuellement ses travaux au CESR sur les transferts iconographiques à l’époque gothique, plus précisément sur la circulation et la transformation du traité de la Somme le roi dans l’Europe occidentale.

Bibliographie

  • Sous le regard des Vertus. Italie, XIVe siècle, préface de Philippe Lorentz, Tours, Presses Universitaires de François-Rabelais - Presses Universitaires de Rennes, 2015.
  • « Des colonnes pour des vertus dans l’art communal italien du XIVe siècle », BUCEMA-Bulletin du Centre d’Etudes Médiévales d’Auxerre, 19.2, 2016.« La transmission de l’iconographie des vertus dans les manuscrits italiens du XIVe siècle. La réinvention de la “Somme le roi” », Re-Inventing Traditions. On the Transmission of Artistic Patterns in Late Medieval Manuscript Illumination, J. Corin Heyder et C. Seidel (dir.), Francfort, Peter Lang Edition, p. 33-47, 2015.
  • « La corporalitas des vertus et des vices : la question de la personnification dans l’imagerie morale romane », Le corps et ses représentations à l’époque romane, Revue d’Auvergne, 128, 610, p. 215-228, 2014.
  • « Les personnifications dans la peinture monumentale en Italie au XIVe siècle : la grisaille et ses vertus », Aux limites de la couleur : monochromie et polychromie dans les arts (1300-1600), M. Boudon-Machuel, M. Brock, P. Charron (dir.), Turnhout, Brepols, p. 119-126, 2012.
  • « Les vertus selon le franciscanisme et la fortune des personnifications au XIVe siècle », Bulletin de l’Association des Historiens de l’Art Italien, 2011, 17, p. 70-76, 2011.

Projet de recherche

Le projet de recherche porte sur la circulation et la transformation du matériel figuratif de la Somme le roi dans l’Europe gothique. Ce manuscrit, qui est un traité de moralité composé en 1279 par le dominicain Laurent d’Orléans à la demande de Philippe le Hardi, rencontre un succès considérable à partir de la fin du XIIIe siècle, d’abord au sein de l’élite aristocratique, puis auprès d’un lectorat plus modeste issu de la bourgeoisie. Il se diffuse durant les mêmes années dans l’ensemble de l’Europe occidentale, notamment dans les régions septentrionales, mais aussi Outre-Manche et dans la péninsule italienne jusqu’en Sicile. Une telle diffusion constitue un sujet extrêmement fertile pour questionner les phénomènes de transferts artistiques à la fin du Moyen Âge. L’objectif du projet consiste ainsi à étudier les modalités et les résultats de la transmission du matériel figuratif de ce traité entre différents contextes géographiques ou culturels et à démontrer comment son iconographie a participé à la constitution de la culture visuelle laïque européenne.