Marta Serrano CollChercheuse invitée (mai - juillet 2017)

Biographie

Marta Serrano Coll est titulaire d'un doctorat de l'Université Rovira i Virgili, où elle est actuellement professeure. Ses travaux de recherche sont liés des projets financés par le ministère Espagnol de la Science et de l'Innovation et de la Generalitat de Catalogne. La colonne vertébrale de sa recherche repose sur l'étude du pouvoir et de son expression artistique dans tous les médias (peinture, sculpture, miniature, numismatique ou sigillographie). Son argumentaire est bâti autour de l'affichage du pouvoir à travers l'art ou de l'utilisation de l’art comme vitrine de prestige par l'institution monarchique de la Couronne d'Aragon. Cette recherche a déjà été concrétisée par diverses publications nationales et internationales et s’est particulièrement développée, au cours des dernières années, en relation avec le groupe Templa (Taller de Estudios Medievales. Programas, Liturgia, Arquitectura)  auquel elle appartient.

.

Bibliographie sélective

  • Jaime I el Conquistador: imágenes medievales de un reinado. Zaragoza: Colección de Letras, Institución Fernando el Católico (CSIC), Diputación de Zaragoza, 2008. Ferdinandus Rex Aragonum. La imagen del rey Fernando el Católico. Zaragoza: Institución Fernando el Católico, (CSIC), 2014. Effigies Regis Aragonum. La imagen figurativa del rey de Aragón en la Edad Media, Zaragoza: Institución Fernando el Católico, (CSIC), 2015.
  • "Espacios monásticos como locus sepulturae: enterramientos nobiliarios en el románico hispano", in Monasterios y nobles en la España del Románico: entre la devoción y la estrategia. Aguilar del Campo: Fundación de Santa María la Real, 2014, pp. 139-177. “Rex et Sacerdos: a veiled ideal of kingship? Representing priestly kings in medieval Iberia”, in Montserrat Herrero, Jaume Aurell and Angela Miceli (Eds.), Political Theology in Medieval and Early Modern Europe. Discourses, Rites, and Representations, Turhout: Brepols, (in press).
  • "Falsas historias, proposiciones certeras. Dominio visual e imágenes persuasivas en el entorno áulico de la Corona de Aragón", Codex aquilarensis: Cuadernos de inverstigación del Monasterio de Santa María la Real, vol. XXVII, 2011, pp. 191-212. Avec Jaume Aurell Cardona, J. "The Self-Coronation of Peter the Cerimonious (1336): Historical, liturgical and iconographical representations", Speculum, vol. 89, 2012, pp. 66-95. "Art as a Means of Legitimization in the Kingdom of Aragon: Coronation Problems and Their Artistic Echos During the Reigns of James I and Peter IV", IKON , vol. 5, 2012, pp. 161-17. "Imagen y propaganda en las primeras amonedaciones del rey de Aragón. Image and Propaganda in the first coins of the King of Aragon", Anuario de Estudios Medievales, 45/2, 2015. "Visualizing Monarchic Power from the 13th to 15th Centuries: an Example of Narrative told through Chronicles and Funeral Images in the Iberian Peninsula", Hortus Artium Medievalium. Journal of the International Research Center for Late Antiquity and Middle Ages, vol. 21, Zagreb-Motovun, 2015.

Projet de recherche

Funus regum medievalium. ESPACES PERFORMATIFS ET GALVANISATION DE LA MÉMOIRE

Le projet dérive de l'un des axes de travail que j'ai ouvert ces dernières années sur la performativité des espaces et des funérailles royales, à savoir comment, et dans quelle mesure, les espaces, de caractère public et de nature privée, ont été transformés et vécus par les spectateurs selon les époques, mais aussi comment ce type de cérémonie a servi à galvaniser, dans le sens étymologique de réhabiliter, de rendre actif ou de faire revivre soudainement chez des sujets, la mémoire du roi ou/et de sa dynastie. Le sujet, qui intègre les approches novatrices investissant la matérialité, mais aussi l’immatérialité des constructions converties en éléments funéraires, est fondé sur une étude des aspects idéologiques de la mort et sur un traitement particulier des sources, à la fois textuelles et iconographiques. Le troisième aspect important de cette recherche est la construction de la mémoire liée aux funérailles royales, et de son écho documentaire (iconique et littéraire) dans le panorama ibérique. L’étude de ce dernier point se concrétisera en une étude d'histoire sociale, culturelle et artistique du milieu du XIe siècle au début du XVIe siècle.